Citazioni

je crois que la civilisation de l'Afrique serait une œuvre grande, généreuse et en même tems utile aux nations déjà civilisées. (da una lettera del 5 marzo 1829 di Camillo Cavour a Jean-Jacques de Sellon d'Allaman). Camillo Benso di Cavour (5 marzo 1829)

Moi qui suis libéral j'aime surtout la justice, et il me paraît que justice veut que vous nous procuriez au moins une fois le plaisir de vous voir en Piémont. Si vous ne craignez pas de vous compromettre en soutenant cette opinion libérale, je vous prie de vouloir être l'avocat de ma cause.  (da una lettera del 28 novembre 1829 di Camillo Cavour a Amélie Révilliod, n. Sellon d'Allaman). Camillo Benso di Cavour (28 novembre 1829)

Le sort des Grecs m'intéresse surtout; je n'attache pas une grande importance aux souvenirs classiques en eux-mêmes. Mais si à ces souvenirs s'unissent tous les avantages de la civilisation moderne, ils peuvent influer puissamment pour ramener à des doctrines plus saines les fougueux partisans de l'antiquité (da una lettera del 16 gennaio 1830 di Camillo Cavour a Jean-Jacques de Sellon d'Allaman). Camillo Benso di Cavour (16 gennaio 1830)

J'ai l'esprit assez souple, et crois savoir assez m'adapter à toutes les positions. La seule chose que je ne pourrais envisager sans frémir, ce serait une vie parfaitement oisive ou uniquement spéculative. J'ai besoin d'employer non seulement mes facultés intellectuelles, mais aussi mes facultés morales (da una lettera del 2 dicembre 1830 di Camillo Cavour al padre Michele) Camillo Benso di Cavour (2 dicembre 1830)

J'ai donné pour ma part pleinement là-dedans, et je vous avouerai au risque de vous faire longtems rire de moi, qu'il y a eu un tems où je ne croyais rien au-dessus de mes forces, où j'aurais cru tout naturel de me réveiller un beau matin ministre dirigeant du royaume d'Italie. (da una lettera del 2 ottobre 1832 di Camillo Cavour al Juliette di Barolo). Camillo Benso di Cavour (2 ottobre 1832)

la fatigue de la voiture, le froid du Mont-Cenis, les descentes rapides, les auberges malpropres; et ce n'est pas sans une vive joie mêlée de sincère admiration que j'ai appris qu'elle avait tout bravé avec autant de constance que de bravoure. (da una lettera della fine del 1832 di Camillo Cavour a Paul-Émile Maurice) Camillo Benso di Cavour (31 dicembre 1832)

La raison me retenait vers la modération; l'envie démesurée de faire marcher nos acculars me rejetait vers le mouvement; enfin après de nombreuses et violentes agitations et oscillations, j'ai fini par me fixer comme le pendule dans le juste-milieu. Ainsi je vous fais part que je suis un honnête juste-milieu désirant, souhaitant, travaillant au progrès social de toutes ses forces, mais décidé à ne pas l'acheter au prix d'un bouleversement général, politique et social. Mon état de juste-milieu ne m'empêche cependant pas de désirer le plus tôt possible l'émancipation italienne des barbares qui l'oppriment, et par suite de prévoir qu'une crise, tant soit peu violente, est inévitable; (da una lettera del 13 maggio 1833 di Camillo Cavour a Auguste De La Rive) Camillo Benso di Cavour (13 maggio 1833)

Dès que j'ai été dans le cas de juger Rousseau par moi-même, c'est-à-dire dès que j'ai pu lire ses livres, j'ai ressenti pour lui la plus vive admiration. C'est l'homme, à mon avis, qui a le plus fait pour relever la dignité humaine, si souvent foulée aux pieds dans la société, dans les siècles passés surtout. Sa voix éloquente a plus que toute autre contribué à me fixer dans le parti du progrès et de l'émancipation sociale. Son Emile surtout m'a toujours [plu] par la justesse de ses vues et la force de la logique; et l'expérience de tous les jours me confirme dans l'opinion que les trois quarts des conseils et des maximes qu'il donne sont excellents (da una lettera del 5 giugno 1833 di Camillo Cavour allo zio Jean-Jacques de Sellon) Camillo Benso di Cavour (5 giugno 1833)

Il n'y a pas, ce me semble, de quoi s'enorgueillir prodigieusement. Et cependant mes tantes parlent de leur naissance avec la même complaisance que si elles descendaient d'un Montmorency ou un Howard!!!  (dalla pagina del Diario di Camillo Cavour dell'11 settembre 1833) Camillo Benso di Cavour (11 settembre 1833)

Quand est-ce que l’Italie sera dans le cas d’encourager ceux d’entre ses enfants qui se dévouent à conserver la place éminente qu’elle occupe dans les sciences? Quand est-ce que nous saurons apprécier nos compatriotes qui jusqu’à présent, méconnus dans leur patrie, ne reçoivent d’encouragemens que des savants étrangers? (dalla pagina del Diario di Camillo Cavour del 27 ottobre 1833) Camillo Benso di Cavour (27 ottobre 1833)

Associazione Amici della Fondazione Camillo Benso di Cavour © COPYRIGHT 2018 - E' vietata la riproduzione anche parziale.[1]